Jain : « Sortir l’album n’était que le début »

France, Royaume-Uni, Allemagne, Pologne… À 24 ans, la chanteuse Jain, fille d’expatriés, repart en voyage avec, dans ses bagages, son premier album Zanaka. Sa tournée passera par Chorus et La Défense le 3 avril.

Comment définiriez-vous votre premier album ?
C’est un album qui voyage, multiculturel. Il y a de l’électro, de la pop, du hip-hop, de la funk… C’est un disque éclectique. J’avais aussi envie de faire un album joyeux et festif. J’en avais besoin, surtout en ce moment. Si c’est ce que les gens ressentent en l’écoutant, ça me fait vraiment plaisir.

Pour votre tournée, vous avez décidé d’être seule sur scène. Un défi ?
C’est une prise de risque en effet. Il n’y aura personne pour me rattraper si je fais des erreurs. Mais j’ai fait ce choix pour avoir un concept scénique assez fort et identifiable. Ce sera un challenge de réussir à capter, seule, une salle entière. Sortir l’album n’était que le début. Maintenant il s’agit de transformer l’essai.

Pensez-vous à faire carrière à l’étranger ?
J’ai commencé à écrire parce que je voyageais beaucoup. J’ai donc choisi l’anglais pour que ma musique voyage et que je continue de voyager avec. L’album a été bien accueilli en Pologne. Je ne m’y attendais pas du tout. C’était assez drôle. On a aussi eu des retours positifs venant des États-Unis sans avoir rien demandé. Donc on verra bien. Mais ma priorité reste la France.


Propos recueillis par Émilie Vast